Guinée : Une grève plane sur le secteur bancaire

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur bancaire guinéen est de nouveau menacé ! L’ultimatum lancé la semaine dernière par  la Fédération Syndicale et Assurance des Banques de Guinée (FESABAG), expire ce jeudi 05 octobre, a appris presseguinee.com de source syndicale.

Les employés des banques sont remontés contre la convocation à la justice des certains responsables syndicaux, en raison de la dernière grève déclenchée en mai dernier.

Devant cette situation qui risque de cristalliser les positions, la FESABAG n’exclut pas de fermer les banques à partir de la semaine prochaine, si jamais l’Etat et les directeurs des banques ne prennent pas en compte leurs revendications d’ici le 5 octobre 2017.

A en croire, Mme Marie Yvonne Coumbassa, qui s’est exprimée par voie de presse, des responsables syndicaux feraient l’objet des menaces.

« Ce qui m’a fait très mal, les convocations ont commencé à tomber devant notre premier secrétaire général de la FESABAG qui est à la personne de Monsieur Abdoulaye Sow de la BICIGUI qui était là et, qui devrait aussi être inquiété parce que c’est lui qui nous a demandé d’aller en grève », regrette  la Secrétaire Générale adjointe de la FESABAG.

Devant cette menace,  les syndicats des banques n’entendent pas reculer.  Ils comptent déclencher une grève illimitée les jours à venir, si jamais le gouvernement et les patrons des banques ne reviennent pas à des bons sentiments, c’est-à-dire retirer la plainte déposée à la justice.

« Si d’ici le 5 octobre, l’Etat ne nous appelle pas, nos patrons ne nous appelle pas également pour nous adresser un courrier, afin qu’ils retirent leur plainte devant la justice, nous allons fermer toutes les banques, assurances et micro finance de Conakry jusqu’à Yomou. Après ça, nous allons porter plainte contre nos patrons», prévient Mme Coumbassa, visiblement très remontée.

Sauf décision de dernière minute, les négociations sont pour l’instant au points-mort. Une situation qui n’est pas de nature à éviter une grève dont les conséquences seront fatales pour les guinéens, qui n’arrivent pas à se relever de la crise qui a secoué la semaine dernière la région de Boké et les manifestations politiques de l’opposition républicaine.

En tout cas, la FESABAG semble être plus que jamais déterminée à poursuivre ses revendications jusqu’à la totale satisfaction de ses revendications.

Affaire à suivre….

Ismael Bah

 

Articles Similaires

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.