Fatou Diome

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fatou Diome : Une talentueuse écrivaine au destin forgé !

 

« Ma grand-mère m’a appris très tôt comment cueillir les étoiles : la nuit, il suffit de poser une bassine d’eau au milieu de la cour pour les avoir à ses pieds » (Le Ventre de l’Atlantique). C’est là où cette belle Lettre trouve sa grandeur et son engagement à combattre l’inégalité sociale. Née en 1968 sur la petite île de Niodior, dans le delta du Saloum, au sud-ouest du Sénégal, Fatou Diome n’a pas tardé à se faire remarquer parmi sa génération.

Comme pour dire ‘’aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années’’, Fatou Diome, bien qu’elle soit une fille illégitime (née hors de mariage), n’a jamais baissé les bras et devient du coup une fille pas comme les autres. Contrairement à ce qu’exigent les traditions de sa terre natale, elle côtoie les hommes plutôt que d’aller aider les femmes à préparer les repas et assurer les tâches ménagères.

Malgré ses conditions de vie, elle décide d’aller à l’école et d’apprendre le français. Sa grand-mère, après une longue hésitation,  accepte. Ainsi, la petite Fatou doit aller à l’école en cachette, jusqu’à ce que son instituteur parvienne à convaincre son grand-père de la laisser poursuivre ses études. Elle se passionne alors pour la littérature francophone.

À treize ans, elle quitte son village pour aller poursuivre ses études dans d’autres villes du Sénégal. Là-bas, elle devait mener une vie nomade. Mais, elle va encore remonter cette situation tout en finançant cette nouvelle vie nomade par de petits boulots ; puis elle va au lycée de M’bour, travaille comme bonne en Gambie et finit par entamer des études universitaires à Dakar. À ce moment, l’idée de quitter son pays natal, n’était pas la bienvenue. Elle voulait plutôt devenir professeur de français au Sénégal.

Mais à vingt-deux ans, ce rêve est encore brisé. Elle est tombée amoureuse d’un Français. Après le mariage, elle décide de le suivre en France. Rejetée par la famille de son époux, elle divorce deux ans plus tard et se retrouve en grande difficulté, abandonnée à sa condition d’immigrée sur le territoire français. Pour pouvoir subsister et financer ses études, elle est obligée de faire des ménages pendant six ans, y compris lorsqu’elle peut exercer la fonction de chargée de cours durant son DEA, fonction qui lui apporte un revenu insuffisant pour vivre.

En 1994, elle s’installe à Strasbourg où elle a fait des études de lettres avant de  préparer une thèse sur Le Voyage, les échanges et la formation dans l’œuvre littéraire et cinématographique de Sembène Ousmane. Fatou Diome a également enseigné à l’Université Marc-Bloch de Strasbourg et à l’Institut supérieur de pédagogie de Karlsruhe, en Allemagne.

Elle se consacre finalement à l’écriture et publie : ‘’La Préférence nationale’’, un recueil de nouvelles, aux éditions Présence africaine en 2001 ; ‘’Le Ventre de l’Atlantique’’ son premier roman, paru en 2003 aux éditions Anne Carrière ; ‘’Kétala’’ (2006), Inassouvies ; ‘’Nos vies’’ (2008), ‘’Celles qui attendent’’ en 2010 ; ‘’Impossible de grandir ‘’ (2013) et ‘’Marianne porte plainte !’’, un essai publié en 2017 aux Éditions ‘’Flammarion’’.

Ousmane BALLO, afrikinfos

Articles Similaires

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.