Horoya AC : M’BAYE TOURE l’homme à tous faire

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À PEINE NOMMÉ AU POSTE DU RECRUTEUR GÉNÉRAL DE L’ÉQUIPE DES ROUGES ET BLANCS DE MATAM, ET CONSULTANT SPORTIF DE CIS-MÉDIAS, PAR LE BIAIS DE SON PRÉSIDENT MAMADOU ANTONIO SOUARE BAYE TOURÉ a accordé  une interview à notre rédaction.

 

Bonjour vous venez d’être nommé Recruteur General du Horoya AC vos sentiments? 

 

 

Je remercie le tout puissant « ALLAH », mes parents, mes amis, et plus précisément le président « Mamadou Antonio Souare »,qui m’a fait confiance en me confiant la lourde tâche d’être le « Recruteur Général » du Horoya AC. Voyez vous  un exemple de mon effort, le portier sénégalais « Khadim N’diaye », qui est l’une de mes recrues  est aujourd’hui redoutable en ligue1 pro, et qui c’est même envolé pour la coupe du monde de la Russie, une première dans l’histoire du football guinéen, qu’un joueur du championnat, part jouer en coupe du monde. Une fierté nationale, non seulement au profit d’Antonio Souare qui m’a donné le mérite nécessaire de faire venir ce garçon, mais aussi de mon côté, tout en voyant mon client s’éclater de beau jour. Et  pour sa dans les anales de l’histoire guinéenne, elle retiendra que j’ai fais venir un gardien exceptionnel pour le club.

 

 Les difficultés que vous rencontrez dans vos activités ?

 

Merci pour cette question, il faut savoir qu’aujourd’hui relever un défi pour toutes les attentes, n’est pas facile. Il faut s’attendre à des difficultés partout dans la vie. Elles sont les amies de la nature,  et amies du destin que ça soit au niveau sportif ou d’autres activités. D’aucun le font d’objet de jalousie, mais moi je suis préparé à ses genres d’éventualités maintenant, et à ce niveau seul le travail paye. Pour que tout le monde soit convaincu que ce que tu veux, il faut poser les actes, et à partir de là, moi je pense que j’ai fais ce que je peux pour le Horoya, l’on me reconnait puisque au stade du 28 septembre, pas seulement les supporters, mais certaines dirigeants intègres des différents clubs me sollicitent surtout. La raison quelques part,  j’ai apporté ma pierre à leur édifice.

 

Parlez nous de vous ambitions avec le Horoya AC 

 

Mes objectifs sont nombreux et satisfaisant. Il est nécessaire pour moi de donner du vrai souffle au club, qu’il soit dignement représenté sur le continent, rendre heureux les supporters, et les dirigeants du club. Ainsi bien avant que je m’engage au ministère des sports avec « Titi Camara », j’étais manager général de l’AS Kaloum avec « Assène thermos », et la également j’ai fais des preuves en faisant venir les Mamady kaba (Dieng), Sambegou Bangoura, et tant d’autres joueurs. Donc je compte faire la même chose avec les rouges et blancs de Matam. Porter le club plus haut surtout dans les différentes campagnes africaines avec des joueurs de haut niveau pétris de talent.

 

Hors du pays vous faites l’objet d’une convoitise qui est ce qui explique cela?

 

Le mérite ne s’achète pas, c’est le travail qui paye. La côte d’ivoire est la partie d’adoption c’est la où  j’ai grandi, je me suis distingué en envoyant beaucoup de joueurs étrangers en Guinée. Et surtout la venue des grands mécènes dans le football guinéen comme « Antonio Souare » qui m’à donné la force et les moyens de ma politique d’aller chercher des joueurs en Côte d’Ivoire au Ghana et autres, donc ce qui fait qu’aujourd’hui je suis très convoité. Quand j’arrive dans un pays, je suis sollicité au niveau des médias en général (Radios, télés, sites), par des agents des joueurs, et même par les présidents des clubs qui aiment beaucoup discuter avec moi. Partant vers le Togo, le Burkina, le Mali et au Ghana en Afrique de l’ouest, j’ai un nom, et ce nom je le dois au travail à travers le gros boulot que j’ai abattu au sein du Horoya.

 

Vous êtes beaucoup apprécié par le public sportif guinéen comment cet amour est venu? 

 

Je suis à la satisfaction de mon savoir faire. Et surtout cela est dû aux respects que j’apporte aux supporters guinéens, que ce soit les autres clubs aussi, et surtout que mon travail est reconnu par eux même, qu’ici ou en dehors de la Guinée. Contrairement à mon pays où je n’ai jamais été l’objet d’une distinction des mérites, si les médiocres sont toujours soutenu, les excellents à leur tour n’ont pas approprié leur place dans la classe des souhaits. Raison pour laquelle, je préfère être connu ailleurs qu’en Guinée, déjà si l’extérieur te reconnait ça me prouve à suffisance la grandeur dans ce domaine, et ça me réconforte de plus dans mon métier

Au Togo la preuve en est que, le président Antonio Souare était surpris d’être demandé par un manager d’un club  mon nom, pour redorer le blason de son équipe grâce à mon carnet d’adresses qui est très riche.

 

  Vos rapports avec les autres clubs guinéens ?

 

J’ai de bon rapport avec les dirigeants des clubs comme KPC du Hafia que je connais depuis longtemps, le Général Maturin Bangoura du CIK, Bouba Sampil de L’AS Kaloum vu que j’ai travaillé avec eux. Mais aussi pas mal de dirigeants sportifs et certains cadres des clubs aussi qui sont même des frères. Il m’arrive même de fois de leur prodigué des conseils pour leur réussite.

Alors la connexion se passe très bien depuis longtemps et jusqu’à maintenant en nous.

 

VOTRE RAPPORT AVEC LE PRÉSIDENT ANTONIO SOUARE ? 

 

Le président Souare est un exemple pour la Guinée, et surtout la génération montante. En dehors de la relation du président, il est exceptionnel pour moi, un père, notre relation est comme père et fils, donc je suis beaucoup satisfait de lui ici et ailleurs. J’ai un bon rapport avec lui, depuis que je suis là pas de problème avec lui, et tout ce qui m’a promis il a réalisé, et le plus satisfaisant j’ai la main libre. Je suis intermédiaire entre lui et les joueurs, et aussi l’entraîneur. Une manière de grandir le Horoya à ma façon de Management. Il me rend grand dans ma profession, malgré qu’à un moment donné j’avais pris la distance en allant le voir, en disant que je veux prendre du recul. Donc avec (3ans) déjà avec le Horoya, (3) fois champions de guinée dans le championnat, et sur ce plan également, je pense que j’ai un bilan positif avec le club depuis que je suis là, seulement en une année que j’ai raté

 

CIS Médias et Horoya AC comment vous arrivez à gérer les deux ? 

 

Écouté c’est un cumul de fonction sa me dérange pas du tout, je profite même l’occasion de remercier le directeur général exécutif « Aboubacry Bâ », qui a une énorme confiance en moi à travers les reportages des matchs sur le terrain, et à la fois consultant sportif au niveau de là télé. Je serai toujours confiant et disponible à rendre service à CIS médias. Mais en ce qui concerne le Horoya, c’est un honneur pour moi d’apporter ma pierre à l’édifice, surtout que mon retour était beaucoup solliciter par les dirigeants du club, les joueurs, et aussi les supporters, qui me réclamaient. Et personnellement donc, aujourd’hui je retrouve la maison à travers une grande satisfaction de tout le public

 

A quoi peut-on s’attendre avec votre retour ?

 

C’est incontestable, une obligation pour moi de renforcer encore d’avantage le club (Horoya), pour pouvoir être encore plus compétitif, c’est à dire pourquoi pas ramené dans 1 ou 2 ans la league des champions africaine en Guinée, et même cette année tout est possible. Alors moi je me dit aujourd’hui, qu’on est pas loin de remporter cette compétition aux grandes oreilles, d’autres peuvent le pensé autrement, mais joué contre un TPMazembe chez toi, un Mamelodie Sundowns, qui ont remporté déjà cette compétition pas plus tard que deux ans, donc je me dirai que le Horoya a le niveau comme eux de brandir cet trophée continental. Mais attendons de voir de ne pas partir vite en besogne, parce que cela passera par les phases de poule et les quart de finales, et nous essayerons de mettre tous les atouts possible pour briller.

Grand merci aux différents lecteurs, je souhaite bon ramadan à tous les fidèles musulmans, aux dirigeants sportifs, à vous la presse particulièrement Presseguinee.com c’est à travers la presse qu’on se fait connaître, c’est pourquoi il faut respecter les hommes de médias.

Vive la Guinée et les guinéens.

Vive la jeunesse sportive Guinéenne .

Je vous remercie.

 

Ousmane Mansaré

 

Articles Similaires

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.