Éducation de la jeune fille : La Guinée ‘’un mauvais élève’’

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de la jeune fille, célébrée mercredi 11 octobre, l’ONG ONE a fait un classement des pays pour apprécier le niveau d’éducation.

Notre pays, la Guinée figure parmi les mauvais élèves en compagnie du Soudan du Sud, la République centrafricaine, le Niger, le Tchad, le Mali, le Liberia, le Burkina Faso et l’Ethiopie.

Intitulé « Accès des filles à l’éducation dans le monde : les mauvais élèves », le rapport fait état des obstacles qui freinent la scolarisation des jeunes filles surtout dans les pays en développement.

Parmi les causes liées à cette situation, rapporte RFI, les mariages précoces qui les empêchent de continuer leur scolarité. En Ethiopie, deux filles sur cinq se marient avant leur dix-huitième anniversaire et près d’une sur cinq avant l’âge de quinze ans. Parfois, les jeunes écolières doivent quitter le système scolaire pour aller travailler, car les familles en situation d’extrême pauvreté ne peuvent subvenir aux frais de scolarité. Et si elles le peuvent, elles choisissent d’envoyer les garçons pour étudier. En moyenne, la probabilité qu’une fille ne soit pas scolarisée est 57% plus élevée que la même probabilité pour un garçon. Et cet écart atteint 83% au niveau du lycée. En Afghanistan (pays en 4e position du classement), il y a 100 garçons scolarisés en primaire contre seulement 71 filles. Enfin, les conflits jouent un rôle important : au Nigeria, des centaines d’écoles ont été détruites ou fermées sous l’influence du groupe jihadiste Boko Haram (qui peut se traduire par « l’éducation occidentale est un pêché »), et plus de la moitié des filles de la région n’ont jamais été scolarisées.

Focus Presseguinée.com

Articles Similaires

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.